refroidissement

Comment vidanger, nettoyer un radiateur et améliorer la circulation et le refroidissement du liquide, donc du moteur ?
Commençons par une position radicale qui consiste en la réfection totale d'un radiateur chez un professionnel, ou son échange standard (lorsqu'on en trouve). C'est certes le meilleur moyen pour remédier durablement aux problème de surchauffe. Ce qui suit concerne plutôt un radiateur qui n'a pas été entretenu depuis longtemps ou qui présente un problème dans certaines conditions de circulation. Vous pouvez toujours tenter ces quelques conseils avant d'envisager le remplacement ou la réfection... Mais n'oubliez pas qu'une surchauffe de liquide de refroidissement signifie une surchauffe du moteur et un risque important de casse.

La vidange du circuit :
Le circuit de refroidissement, sur la 203, n'est pas fermé. Le remplissage se fait donc par le bouchon placé en haut du radiateur et la vidange s'effectue par un petit robinet placé en bas du radiateur et par un autre placé à l'arrière-droit du bloc-cylindres (sur certains modèles de 203). Le trop plein de liquide est évacué par un petit tube situé près du bouchon de remplissage.

La vidange est une opération simple : il suffit d'ouvrir le bouchon de remplissage pour laisser entrer l'air et d'ouvrir les robinets de vidange situés au bas du radiateur et sur le côté arrière du bloc-cylindres. Il est conseillé également d'ouvrir le radiateur de chauffage (qui est monté en dérivation sur le circuit principal et qui permet de réchauffer l'habitacle en hiver) pour qu'il se vide aussi. Ce petit radiateur est également pourvu d'un ventilateur qui est commandé par un petit bouton situé à l'extrême droite de la planche de bord. Le rinçage s'effectue avec de l'eau du robinet et doit être abondant. Il faut ensuite remplir le circuit avec un liquide de refroidissement adapté (voir plus bas).

Pour nettoyer le circuit et le radiateur :

Pour un nettoyage du radiateur et du circuit, on peut utiliser de l'eau du robinet. Lorsque le moteur n'a pas tourné depuis longtemps, il se peut que du tartre, des oxydes et des boues se soient accumulées dans le radiateur.

• Si ces impuretés ne sont pas trop importantes et que le robinet de vidange du radiateur laisse couler abondamment l'eau, je recommande de nettoyer par la méthode douce le radiateur en le vidangeant très fréquemment et en remplissant avec de l'eau du robinet. Le moteur tournant de temps en temps et le fait de répéter la manip évacueront peu à peu ces impuretés sans risquer de décoller d'un coup des "boues" plus importantes qui pourraient abimer le circuit. Attention cependant, l'eau du robinet n'est pas le liquide idéal (voir plus bas). On peut donc utiliser de l'eau pour rouler seulement pendant la période de "nettoyage" que l'on aura définie puis on la remplacera par un liquide plus adapté.

• Si les impuretés se sont trop accumulées et que le débit du robinet de vidange est faible (l'eau tombe juste en dessous), il est préférable de déposer le radiateur pour un détartrage efficace avec un mélange d'eau et de soude. Attention cependant, le moteur est certainement mal refroidi, les boues ou dépôts accumulés réduisant la surface de contact entre le liquide et le métal.

Pour rouler : il vaut mieux utiliser un liquide de refroidissement de qualité (type Yacco 4 saisons / conseil de Gazoline). L'eau, en hiver, risque de geler et possède une température d'ébullition inférieure.
A éviter : il ne faut pas utiliser de l'eau déminéralisée comme liquide de refroidissement. La réaction chimique de cette eau avec l'aluminium risque d'endommager le circuit (pompe HS et fuites).
Astuce : le Hors-série de Gazoline consacré à la 403 nous indique une astuce pratiquée par l'atelier "Issue de Secours" : mettre un bas de soie à la sortie de la pompe à eau pour retenir le calcaire et l'empêcher de revenir dans le radiateur.

En cas de problème de surchauffe :

Soit un voyant de température, si votre 203 en est équipée, indique une température supérieure à 95°C ; soit lors d'un arrêt, vous constatez un bouillonnement dans le radiateur ou des projections d'eau et de vapeur à l'avant du capot.
Sur l'instant : Il faut impérativement laisser refroidir le moteur quelques instants. Puis, vérifier le niveau d'eau dans le radiateur en ouvrant délicatement le bouchon de remplissage (il n'y a pas de pression, mais attention aux brûlures !) ; le compléter si nécessaire. On peut également mettre en route le chauffage de l'habitacle et sa ventilation. Cela a pour effet de "partager" la hausse de la température de l'eau avec ce second circuit. On peut redémarrer la voiture, vérifier que le ventilateur de refroidissement fonctionne et terminer le trajet en surveillant une nouvelle hausse de la température et en évitant si possible de rester trop longtemps sur des vitesses intermédiaires.

De retour chez soi : il faudra envisager une vidange du circuit de refroidissement, un test de bon fonctionnement du calorstat (ou son remplacement) et éventuellement régler la tension de la courroie d'entrainement du ventilateur (j'en ai parlé ici). La pompe à eau peut être également défectueuse. Il sera prudent de déposer le radiateur pour le détartrer. Il faut vérifier également que le joint de culasse n'est pas déjà endommagé en vérifiant au niveau du bouchon de remplissage de l'huile qu'il n'y a pas de "gelée" ou "crème" blanchâtre synonyme d'un passage de l'eau dans le circuit d'huile (ou inversement, passage d'huile dans le circuit d'eau, visible au niveau du radiateur).

Quelques idées données par les contributeurs du site :

"Pour ton radiateur, il faut mélanger de la lessive St-Marc, qui contient un peu de soude, avec de l'eau propre et faire tourner le moteur pendant 15 à 20 mn pour bien nettoyer et renouveler l'opération plusieurs fois . Il faut ensuite rincer ton circuit 2 ou 3 fois après l'avoir nettoyé."

"Je pense qu'il ne doit pas y avoir grand chose à faire, le radiateur ne doit pas être le seul élément corrodé, le circuit d'eau du moteur doit être dans le même état. Je suppose qu'il doit exister des produits spéciaux mais je ne connais pas lesquels, ou bien des sociétés spécialisées (outils à pression d'eau ou d'air) mais cela doit coûter bonbon.
Attention : si vous déposez le radiateur, méfiez-vous de la pièce de connexion au moteur (coté droit sous le carbu) elle est souvent pourrie par la rouille et tombe en poussière dès qu'on la sort de son logement. Heureusement, on peut aisément la remplacer par un bout de tube de cuivre 14/16 qui sera emmanché à force dans le bloc moteur... Bien évidemment changer les durites si besoin. (elles sont cuites lorsqu'elles sont dures comme du bois...)."

"Le radiateur : c'est probablement la pièce la plus fragile de cette voiture, d'autant plus stratégique que le moteur TM chauffe très fort. La couleur rouille ne provient pas du radiateur selon toute probabilité, mais du bloc-moteur : au démontage du mien, les boues accumulées entre les chemises, qui proviennent de la corrosion et des divers dépôts (minéraux d'un appoint d'eau du robinet dans le circuit de refroidissement) étaient rouge brique et remplissaient un bon quart de la capacité du bloc-cylindres. C'est facile à voir : en enlevant le bouchon de vidange du circuit (côté gauche, en avant du moteur, en bas, le bouchon est commandé par une tige qui remonte jusqu'au cache-culbuteurs), si l'eau coule facilement, alors le circuit est peu encombré, si elle coule peu, ou pas il y a des dépôts en quantité importante. Il est de toute façon très dangereux de lancer dans le circuit un détartrant pour moteur modernes : il va, comme pour une huile multigrade mise dans un moteur tournant à la monograde, décoller la totalité des impuretés.
Il peut se passer les choses suivantes :
- décapage du radiateur, et révélation de fuites (micro-fuites) qui étaient colmatées par les dépôts, d'où un radiateur transformé en passoire,
- décapage des boues du bloc-cylindres, qui entrent en mouvement, bouchent les tuyauteries, les passages au niveau du joint de culasse, bloquent la pompe à eau. C'est la mort assurée pour le moteur !
- décapage des boues accumulées dans le radiateur de l'habitacle, d'où grosse fuite sur les pieds du passager (vécu personnellement, pour cause de rupture du faisceau suite à la corrosion !), pas forcément visible, qui conduit aussi au serrage du moteur.
Conclusion : si l'eau est légèrement trouble et peu chargée en sédiments, faire une vidange du circuit deux fois par an (été et hiver), en évitant le liquide de refroidissement Renault qui est très agressif, et rester ainsi. Si l'eau est très chargée, et que le problème persiste avec les vidanges, c'est que le moteur est plein de saletés qui vont un jour ou l'autre provoquer une catastrophe. Il faut alors envisager les gros travaux : démontage du moteur pour nettoyage complet, avec réfection du radiateur (on remplace par un faisceau en alu anodisé qui refroidit mieux, est plus léger et insensible à la corrosion), ou alors, c'est pénible mais ça dépanne un temps, déposer la grande plaque de désablage qui se trouve sur le bloc-moteur (attention à ne pas la déformer en la déposant, par la suite l'étanchéité est difficile à faire si la plaque n'est plus plane), pour révéler les chemises et enlever avec une petite cuillère le maximum de saletés, sans pour autant gratter : n'enlever que ce qui est souple comme du sable, c'est ce qui se décroche et fait la couleur rouille. Le démontage du moteur pour remplacement des joints peut être couplé utilement avec le nettoyage et la vérification du circuit de refroidissement. A titre d'info, la réfection de mon radiateur de 202 (identique à celui de la 203, et en plus j'en ai profité pour lui faire monter une sonde de température moderne et efficace, reliée à un thermomètre moderne) et du radiateur de chauffage a coûté 300 euros, mais quelle différence ! Mais prudence extrême avec le radiateur !".

Merci pour ces précieux conseils et témoignages ! Tous vos conseils seront les bienvenus et alimenteront la discussion !